Au programme : Un film muet qui va faire parler de lui, un monstre animé dans Paris, les 3 mousquetaires fabrication américaine.

De quoi que ça parle ?

Hollywood 1927. George Valentin est une vedette du cinéma muet à qui tout sourit. L’arrivée des films parlants va le faire sombrer dans l’oubli. Peppy Miller, jeune figurante, va elle, être propulsée au firmament des stars. Ce film raconte l’histoire de leurs destins croisés, ou comment la célébrité, l’orgueil et l’argent peuvent être autant d’obstacles à leur histoire d’amour.

Cot Cot a kiffé…

- Le pari osé de faire un film muet en noir et blanc à l’époque des blockbusters 3D où on laisse le cerveau reposé (non, je ne pense pas du tout à Transformers 3 :P) avec des lunettes à la con. La photographie du film est juste sublime. Comme le dit Jean Dujardin, en enlevant les dialogues, il reste le plus important, le jeu d’acteur pour faire passer un message, accrocher le spectateur. Un exercice de style habillement réussi, tout comme le pari réussi de ce projet.
- Jean Dujardin démontre tout le mal qu’on peut penser de lui : c’est un brillant comédien qui peut faire bien plus que des comédies moyennes (non, non, je ne parle pas de Brice de Nice) et qu’il est à placé dans le registre des, rares, comédiens de talents et d’avenir. Pas étonnant qu’on parle de lui pour les prochains Oscars avec un telle prestation. Quel charisme j’ai envie de dire, M. Dujardin. Pourtant, une autre vedette a failli lui piquer son statut : Le chien (et non ce n’est pas une blague mais je n’en dirai pas plus au risque de spoil’). Quand à Bérénice Béjo, le noir et blanc la sublime au même niveau que son jeu.
- Un film complet avec de l’action, du drame, des personnages attachant et une morale avec de nombreuses références cinématographique. Le passage du muet au parlant dans le film (y en a deux en fait) rajoute une bonne dose d’humour à tout ça sans que ça vire dans le film comique et burlesque.

En résumé :

Un film presque parfait…oui presque car je trouve que l’histoire du film se repose sur sa trame principale à savoir la déchéance d’un comédien ne voulant pas adhérer à une révolution (le passage du cinéma muet au parlant) dans son métier. L’intrigue aurait mérité d’être plus étoffée ou alors raccourcir la durée du film car le film semble perdre de son souffle et tourner en rond. Ce n’est donc pas pour moi pas le chef d’œuvre dont beaucoup avancent. Dommage sur ce point. Néanmoins, The Artist est un film à voir absolument au cinéma et que j’irai revoir.

Intérêts pour Cot Cot Prod :

CotCotCotCotCotCotCotCot

Cliquez ici pour voir la bande annonce

______________________________

Un monstre à Paris - Affiche France #1

De quoi que ça parle ?

Dans le Paris inondé de 1910, un monstre sème la panique. Traqué sans relâche par le redoutable préfet Maynott, il demeure introuvable… Et si la meilleure cachette était sous les feux de « L’Oiseau Rare », un cabaret où chante Lucille, la star de Montmartre au caractère bien trempé ?

Cot Cot a aimé…

- L’ambiance du début des années 1900 dans Paris nous plonge directement dans le bain. L’animation est plutôt belle sans pour autant rivaliser avec nos confrères américains (car oui ce film est made in France).
- Une très belle B.O. avec des chansons interprétées par Vanessa Paradis et M., notamment la chanson phare du film « La Seine ». Les musiques aussi sont très agréables tout commes les voix des comédiens qui doublent les personnages, de Gad Elmaleh à François Cluzet.

- Les personnages mais surtout le monstre qui est très touchant et tout mimi enfin de compte. Par ailleurs son histoire, tout comme l’histoire du film, est original et bien trouvée.
- Les références cinématographique de King Kong a en passant par Bourvil.

En résumé :

Malgré un manque de rythme, Un monstre à Paris est sympathique à voir mais est avant tout destiné aux enfants. L’animation est sympathique, sans révolutionner ou concurrencer les américains, l’histoire bonne, l’humour enfantin et des bons personnages…seulement il manque une seconde lecture pour les adultes et c’est vraiment le point décevant du film.

Intérêts pour Cot Cot Prod :

CotCotCotCot

Cliquez ici pour voir la bande annonce

______________________________

De quoi que ça parle ?

L’impétueux jeune d’Artagnan et ses trois légendaires compagnons, Athos, Porthos et Aramis vont devoir s’unir et combattre tous ensemble un mystérieux agent double, Mylady de Winter et son employeur crapuleux, le cardinal Richelieu, afin de les empêcher de s’emparer du trône français et d’éviter que l’Europe toute entière sombre dans la guerre.

Cot Cot a…Cot Cot ne sait pas quoi en penser…

- Faut avouer que je me suis bien marrer. Alors je ne sais pas vraiment si c’est une volonté du réalisateur (je pense que si avec la musique qui accompagne les tirades « comiques ») ou non mais on a des dialogues, des répliques digne des plus grands nanars que ça en est très drôle. Par contre niveau scénar’, c’est sur que Paul W. Anderson nous livre SA vision du roman car on retrouve peu de choses du roman de Dumas là dedans. La rencontre entre D’Artagnan et les 3 mousquetaires est vraiment téléphonée (allô ?….euh je sors pour cette blague de merde, je me suis mis au même niveau que le film en fait)…bref, un vrai massacre.
- Vous vouliez voir un film de cape et d’épées ? Alors remattez vous Fanfan la tulipe ou tout autre film dans votre lecteur DVD, mais ne comptez pas sur cette énième version des mousquetaires pour ça. Dans Les 3 Mousquetaires 3D, c’est à coup de flingue, mitraillettes (??….oui, oui il y a des anachronismes, il me semblait bien aussi) ou de canons que se livrent les batailles (y a deux scènes de combat d’épées..tout de même). Pour ceux qui veulent du spectaculaire, vous allez être servi !
- Il n’y a pas que des moments vraiment ridicules (Milla Jovovich qui se pli en 4 pour éviter un piège à la Indiana Jones au musée Da Vinci ou bien encore des bateaux volants qui se tirent dessus)..il y a aussi les personnages ridicules comme le roi (une sorte de Vincent Mc Doom mais en plus con…enfin….ouais si quand même) fashion-victim’. Pourtant le casting est plutôt agréable (Orlando Bloom, Christopher Waltz, Mads Mikkelsen) mais il doivent avoir besoin de fric pour tourner dans un film pareil (qui aura une suite vu la fin, si le film marche au box office of course).
- La 3D, bah c’est aussi plat que la poitrine de Jane Birkin (roooh, je suis mauvaaaaais…et en plus je l’ai déjà faite).

En résumé :

Vous voulez laisser vos neurones se reposer ? Alors, ce film est fait pour vous ! Avec un scénario aussi vide qu’une huitre le lendemain d’un réveillon, cette version de l’œuvre de Dumas (Alexandre, pas Mireille…) est avant tout un divertissement certes spectaculaire mais aucunement nécessaire pour le cinéma…ni même pour ce pauvre Dumas qui, heureusement pour lui, est mort avant d’avoir vu cette adaptation.

Intérêts pour Cot Cot Prod :

CotCot

Cliquez ici pour voir la bande annonce