Au programme : Vampire, vous avez dit vampire ? Débilement fou d’amour ? Seras-tu mon fils ?

Fright Night - Affiche Teaser France

De quoi ça parle ?

Charlie Brewster est au top : élève de terminale parmi les plus populaires, il sort en plus avec la plus jolie fille du lycée. Il est tellement cool qu’il méprise même son meilleur pote, Ed. Mais les problèmes vont arriver avec son nouveau voisin, Jerry. Sous les dehors d’un homme charmant, il y a chez lui quelque chose qui cloche. À part Charlie, personne ne s’en rend compte, et surtout pas sa mère. Après l’avoir observé, Charlie en vient à l’inévitable conclusion que son voisin est un vampire qui s’attaque à leur quartier… Bien sûr, personne ne croit le jeune homme, qui se retrouve seul pour découvrir d’urgence un moyen de se débarrasser du monstre…

Cot Cot a aimé…

- La scène d’introduction démontre qu’on est pas ici pour rire. De la violence et de l’hémoglobine au programme. ENFIN ! Enfin un vrai film de vampire avec des couilles qui n’a que ce besoin viscérale de tuer pour se nourrir, un vampire sadique, un vampire qui ne brille pas au soleil ou qui réagis comme une chochotte (tout ressemblance avec Twilight serait purement fortuite…ou si peu). Un vampire brillamment incarné par Colin.
- Des membres qui volent, du sang giclant à tut va…oui mais pas que ça. Car cela nous est servi avec une dose d’humour et beaucoup beaucoup de rythme. Car oui, on ne tourne pas autour du pot (on sait très vite que Colin Farell est un vampire, le héros n’en doute que peu de temps, du coup on peut vite passer dans la vif du sujet). Ce que vous avez vu dans la bande-annonce n’est que le 1/4 du film (bon là j’exagère peut être…suis pas marseillais pourtant).
- Mais que diantre m’arrive t-il ? Je commence à apprécier la 3D ?!? Est-ce mes yeux qui commence à s’ouvrir à ce nouveau monde où les studios qui ont enfin compris que la 3D relief ne fera pas fortune longtemps ? Ça oui, on a le droit à pas mal d’effets plutôt jouissifs et super bien faits de vraie 3D, celle qui t’arrive IN YOUR FACE !!
- Une scène m’a bluffé : la course poursuite en voiture ! Un plan séquence où la caméra tourne, part dans tout les sens sans qu’on perde une miette en intensité et qu’on ne loupe rien ! Bref, la réalisation est impeccable.

En résumé :

Je serais franc avec toi, internaute qui me lis. Oui j’étais persuadé que ce film serait une merde, oui je pensais que j’allais pouvoir pioncer tranquillou dans les superbes et confortable sièges du Gaumont, oui je n’étais pas chaud à la 3D….et ben comme quoi, y a que les cons qui changent pas d’avis comme on dit. Ce film est un excellent remake (pour ceux qui ont vu l’original des années 80) et un brillant divertissement avec tout ce qu’il faut (rythme, action, ect…je viens de le dire au dessus alors me fais pas répéter !), pour vous faire passer un agréable moment (et ce sans vous cramer les neurones :P). Je chipoterais sur certains effets spéciaux plutôt moyens surtout sur les mouvements des vampires…mais j’aime bien chipoter aussi :D

Intérêt pour Cot Cot Prod :

CotCotCotCotCotCot

Cliquez ici pour voir la bande annonce

______________________________

De quoi ça parle ?

A tout juste quarante ans, Cal Weaver mène une vie de rêve – bonne situation, belle maison, enfants formidables et mariage parfait avec sa petite amie du lycéé..enfin sauf quand cette dernière lui demande le divorce. Voulant tout faire pour oublie sa femme et commencer un nouveau départ, Cal est pris en main par un séduisant trentenaire, Jacob qui va lui apprendre les secrest de la drague.

Cot Cot a aimé…

- Les personnages qui sont attachants. Même celui du play-boy est, quand on creuse un peu et/ou qu’on va plus loin dans le film, a quelque chose de touchant de par son histoire. Mission numéro une accomplie : Créer l’empathie.
- Un scénario très bien écrit, qui évite finalement les banalités et qui nous donne envie d’en voir plus : Mission 2 : Garder le spectateur en haleine.
- Le twist final auxquel personne ne s’attend (et c’est tant mieux). On nous mène discrètement en bateau avec des intrigues dont on ne comprends pas vraiment l’intérêt jusqu’à ce moment digne d’un très bon vaudeville. Mission finale : Réussir la fin.

En résumé :

Malgré sa durée (1H57 pour une « comédie », c’est long quand même) ce film se révèle être une comédie bien sympathique avec pleins de bonnes intentions, de drôleries (vous ne vous tordrez pas de rire non plus) et de moments touchants.

Intérêt pour Cot Cot Prod :

CotCotCotCotCotCot

Cliquez ici pour voir la bande annonce

______________________________

De quoi ça parle ?

Paul de Marseul, propriétaire d’un prestigieux vignoble à Saint Emilion a un fils, Martin, qui travaille avec lui sur le domaine familial. Mais Paul, vigneron exigeant et passionné, ne supporte pas l’idée que son fils puisse un jour lui succéder. Il rêve d’un fils plus talentueux, plus charismatique… plus conforme à ses fantasmes de père ! L’arrivée de Philippe, le fils de son régisseur va bouleverser la vie de la propriété. Paul tombe en fascination devant ce fils idéal.

Cot Cot a aimé…

- Les acteurs, à commencer par Niels Arestrup qui est tout bonnement excellent en exécrable père et vigneron, Lorant Deutsh qui est poignant dans certaines scènes (pas dans toutes quand même, voir ci dessous), Patrick Chesnais en mourant qui passe le relais à son fils (dans l’histoire) sans le vouloir, ou encore Anne Marivinn qui est une fois de plus divine (son interprétation et surement la meilleure de sa filmographie je pense).
- Là où ce film est original, c’est qu’en général avec une histoire de terroir, ça bascule forcément dans le pastos du style de Pagnol (attention, j’aime Pagnol, ceci n’est pas écrit en terme péjoratif), et ben là du tout….cette histoire d’amour entre un père et un fils est loin de basculer dans les bons sentiments mais plus dans le tragique.
- Le final est assez osé et particulier. On pourrait même reprocher le fait d’avoir une longueur d’avance sur certains personnages qui conduira, par contre à cette fin qui nous laisse un peu sur le cul-cul.
- La teinte des images est à l’opposé de ce qu’émane le scénario. Alors que la photographie utilise beaucoup de couleurs chaudes, le scénario est très sombre (je suis content de ma phrase, ça fait très critique de ciné pour le coup…et vu que j’aime me la péter :P)

En résumé :

Lorant Deutsh est un bon acteur…malgré le fait que sur certaines scènes (l’engueulade dans la boite de nuit) où l’on a du mal à y croire, mais qu’importe

Intérêt pour Cot Cot Prod :

CotCotCotCotCotCot

Cliquez ici pour voir la bande annonce