Avis : (n.m.) Ce que l’on pense et aussi ce que l’on exprime au sujet de telle ou telle chose. Conseil, opinion à partager, point de vue.

Au programme : un retour dans les Caraïbes, un biopic politique et le dernier Woody Allen.

Pirates des Caraïbes 4 - Affiche Jack Sparrow

De quoi que ça parle ?

Le capitaine Jack Sparrow retrouve une femme qu’il a connue autrefois. Leurs liens sont-ils faits d’amour ou cette femme n’est-elle qu’une aventurière sans scrupules qui cherche à l’utiliser pour découvrir la légendaire Fontaine de Jouvence ? Lorsqu’elle l’oblige à embarquer à bord du Queen Anne’s Revenge, le bateau du terrible pirate Barbe-Noire, Jack ne sait plus ce qu’il doit craindre le plus : le redoutable maître du bateau ou cette femme surgie de son passé…

5 bonnes raisons de ne pas aller voir ce film :

1. Y a de l’action…fa f’est fur, mais y a rien de nouveau mon capitaine. Les scènes d’actions se suivent et se ressemblent mais c’est l’ennui qui gagne du terrain. Après un premier opus génial, on sentait pointait les lacunes scénaristiques dans le second (qui a été fait pour le fric, disons le clairement) qui se laissait regarder avec un certain plaisir tout de même. Le 3 a confirmé que Pirates des Caraïbes nous emmenait jusqu’au bout de l’ennui…le 4 reste dans cette lignée ? (restez à la fin du générique, si vous êtes courageux, pour voir une scénette (toute petite petite), qui annonce un 5ème opus qui sera peut-être pire…?

2. L’histoire d’amour entre la sirène (notre française ô combien fade !) et le new Orlando Bloom (une sorte de prêtre) qu’on pourrait classer, même si elle prend peu de place dans le film mais qui le rallonge de trop, de love story à la Twilight (le passage où le mec s’énerve parce qu’on appelle sa bien aimée créature…elle a un nom…attention, ça sera le moment le plus drôle du film sans que ce soit pour autant voulu).

3. Faire un film c’est bien, mais faire un film avec un scénario c’est mieux (nécessaire même). Là le scénar’ est dans le titre « La fontaine de Jouvence »…tout est dit. Sérieux, sans bouger de chez vous, vous pouvez regarder en V.O.D. le premier qui est vraiment très bon. A voir ou à revoir. Pas besoin de se déplacer, de trouver une place de parking, de faire la queue au cinéma, de recevoir des coups de pieds du connard de derrière (le mec placé de mon côté à vécu ça durant la projection), vous pouvez mettre sur pause si vous voulez faire caca pendant le film…bref que du bonheur :)

4. J’ai trouvé la 3D sympa pour une fois….meuh nooon ! Je déconne ! Malgré la bande annonce, la 3D est, pour ne pas changer, loupée ! Un ou deux effets (la poupée vaudou et un autre truc…’sais plus lequel) vite fait. Mais sinon..que dalle, wallou ! Cela assombrit même l’image…Si vous allez le voir, payez pas pour rien le supplément 3D (je vous aurais prévenu) si vous avez le choix de le voir en 2D.

5. Ça m’arrive souvent de me dire avant la projection : « Là je suis bien placé, rang du milieu, au milieu..NIKEL pour profiter pleinement de mon film »…mais quand un film est aussi long que celui ci, et qu’on veut sortir mais qu’on préfère s’infliger la fin du film (enfin la fin..j’ai eu envie de me barrer au bout de 3/4 d’heure quand même…) pour ne pas gêner les gens…on regrette le choix de cette place. Oui c’est long, répétitif, l’histoire n’apporte rien de nouveau et les personnages (nouveaux et anciens) n’apportent rien ! On a même perdu en route l’humour…vraiment dommage, car mis à part cette franchise (et les films d’Asylum^^), on aura du mal à revoir des pirates au ciné tant Pirates des Caraïbes a marqué les esprits depuis son existence (vous avez vu d’autres films de dinosaures depuis les Jurassic Park vous ?…).

Oui, mais…:

D’accord, Jack Sparrow est un super personnage qu’on aime retrouver…mais cela vaut-il un film ? Clairement pas. Ces facéties ne méritent plus le déplacement et j’ai du mal à comprendre Johnny Depp d’avoir accepté ce 4e opus qui risque de l’enfermer à jamais dans ce rôle (enfin son rôle le plus marquant pour beaucoup…alors que Edward aux mains d’argent pour ne citer que lui) quand on parlera de lui. Le coup des sirènes aurait pu être pas mal…mais non, définitivement. Ce film plaira sûrement à certaines personnes, fans de films de pirates.

Intérêts pour Cot Cot Prod :

CotCot

Cliquez ici pour voir la bande annonce

Parce que deux avis vaut mieux que deux tu l’auras (on va encore dire que je m’exprime porte nawak^^), le film fera parler de lui, notamment dans le billet dédié sur le forum avec entre autre ceux de Styloabille et Manuneo (à l’heure où j’écris ces lignes).

_______________________________

De quoi que ça parle ?

6 mai 2007, second tour de l’élection présidentielle. Alors que les Français s’apprêtent à élire leur nouveau Président, Nicolas Sarkozy, sûr de sa victoire, reste cloîtré chez lui, en peignoir, sombre et abattu. Toute la journée, il cherche à joindre Cécilia qui le fuit. Les cinq années qui viennent de s’écouler défilent: elles racontent l’irrésistible ascension de Sarkozy, semée de coups tordus, de coups de gueule et d’affrontements en coulisse.

5 bonnes raisons d’aller voir ce film :

1. Traitant de fait connus de tous (presse politique ou people), le film se déclare bien dès le départ comme une fiction où tout est romancé. On apprendra pas forcément plus (on connaissait déjà les tensions entre Sarko et Chichi par exemple). Cela dit, j’ai aimé la façon de ne pas diaboliser Sarko ni même de lui faire de la pub. Par moment, on voit ses faiblesses. Humaines, donc on en est presque attendri et parfois on a vraiment envie de lui foutre une bonne grosse baffe (mon texte est également fictif…veux pas avoir de problème moi ^^).

2. La performance des acteurs. De l’apparence physique à la posture, en passant par le ton de la voix jusqu’aux mimiques, chaque acteur est juste criant de vérité ! Mention spéciale à l’acteur Samuel Labarthe qui joue De Villepin. Denis Podalydès (qui remplace François Cluzet qui était enchanté d’avoir le rôle puis s’est rétracté…et c’est tant mieux) est un Sarko né et Bernard Le Coq est étonnant dans la peau d’un Jacques Chirac dépité par sa Bernadette tout aussi ressemblante à la vraie.

3. Des répliques dignes du film Les Tontons Flingueurs. Ça fuse de tous les côtés et c’est un vrai régal. Des séquences jubilatoires avec des vannes qui restent bien en mémoire.

4. Une première dans le cinéma français : faire un film sur un homme politique qui exerce encore ses fonctions. C’est culotté et osé, rien que pour ça, ça a du mérite !

5. L’affiche est parlante. On voit l’ascension d’un homme qui se voit plus grand, plus fort que les autres au fur et à mesure du film. Sarkozy développe sa stratégie pour dépasser Chirac qui se laisse faire durant tout son deuxième mandat, sa façon de concurrencer De Villepin qui n’a qu’une obsession : se débarrasser du faux frère Sarkozy. Où s’arrête la fiction, où s’arrête la réalité…seul les vrais protagonistes le savent (j’aimerais bien voir Chirac en train de mater le film en disant à Bernadette : « Putin maman, c’est dingue comme ce film colle à la réalité ! »). On y voit aussi un homme accédant au pouvoir…mais perdant sa femme, qui était son pilier.

Oui, mais…:

Vers la fin du film, on sent que la ficelle a été un peu trop tirée, et le rythme perd de son intensité. On revoit un peu près les mêmes gags (homme politique singeant son concurrent, les blagues sur la taille de Sarkozy) qui alourdissent et ne font plus aussi mouches. La conquête n’est pas le film que j’attendais, qui n’est pas forcément à voir au cinéma. Mais qui marquera son empreinte comme le premier film français utilisant le vrai nom de politiques, dont le président encore en fonction. Un film sur les stratégies impitoyables de la politique, l’envers du décor, un film à voir tout de même (dans 4 mois peut être, ça suffira ?).

Intérêts pour Cot Cot Prod :

CotCotCotCotCotCot

Cliquez ici pour voir la bande annonce

_______________________________

Minuit à Paris affiche Française

De quoi que ça parle ?

Un jeune couple d’américains dont le mariage est prévu à l’automne se rend pour quelques jours à Paris. La magie de la capitale ne tarde pas à opérer, tout particulièrement sur le jeune homme amoureux de la Ville-lumière et qui aspire à une autre vie que la sienne.

5 bonnes raisons d’aller voir ce film :

1. Le casting ! Owen Wilson ENFIN dans un bon film (suis désolé mais je n’en ai pas encore vu de bons films avec lui), avec un rôle riche et profond : celui d’un scénariste désabusé d’Hollywood cherchant l’inspiration pour son premier roman, inspirant aussi à une nouvelle vie. Wilson arrive même à singer les hésitations de Woody Allen, ses maladresses. Très bonne performance d’un acteur à qui on ne proposait par forcément de bons rôles (ou que lui-même choisissait peut être…). Marion Cotillard (qui va en énerver encore plus d’un…ce qui n’est pas mon cas) toujours aussi belle. L’apparition d’Adrian Brody, qui a un certain talent pour l’humour (ce qu’on avait pas encore pu voir auparavant). Gad Elmaleh (bien que je ne sois pas fan) a un tout petit rôle de rien du tout, mais en fera rire beaucoup lors de ces quelques apparitions. Mise à part la piètre performance de Carla Bruni (on peut pas être première dame de France, chanteuse et actrice), tout le casting est mené de main de maître par Woody Allen.

2. Un voyage dans le temps sans effets spéciaux. Juste les magnifiques décors qui retranscrivent à merveille l’époque voulue. Ce va et vient continuel entre le présent et le passé est un vrai régal, donnant aux séquences des scènes présentes un certain ennui. On a qu’une envie, qu’il soit minuit à Paris :)

3. La réflexion digne de notre grand-mère à moustache francophone (Francis Cabrel, pour ceux qui ne connaissent pas « Les guignols de l’info ») que partage Woody Allen : » C’était mieux avant ! ». Cette nostalgie du temps passé, cette mystification d’une époque dans laquelle on aurait aimé tellement vivre est juste une putain de riche idée et excellemment bien travaillée. Mais également une réflexion sur Hollywood, et sa façon de faire les films « commerciaux » qui aurait du avoir une plus grande place (à l’heure des remakes et reboots et des suites de la suite mais qui n’en sont pas).

4. Les amateurs d’arts (sous toutes ses formes) seront ravis (je ne puis en dire plus..spoilage en vue).

5. Le film a enchanté la Croisette et le bouche à oreille fonctionne. Alors si vous ne voulez pas passer pour celui qui n’a pas vu le dernier Woody (pas le cow-boy de Toy Story hein !), courez vite voir ce petit bijou d’une simplicité et d’une qualité rare !

Oui, mais…:

Y a pas mal de clichés sur Paris, rien qu’avec la scène d’intro qui nous met direct dans le  bain (où l’on voit Paris sous toutes ces formes)…mais qu’importe ! Le dernier Woody Allen, même si ce n’est pas son meilleur et son plus drôle, et un véritable régal. C’est dur d’en dire plus car cela spoilerait (oui c’est pas un verbe, mais je le conjugue si je veux d’abord) votre plaisir.

Intérêts pour Cot Cot Prod :

CotCotCotCotCotCot

Cliquez ici pour voir la bande annonce