Il y a quelques temps de cela, j’ai reçu la dernière nouveauté de ROCCAT, en l’occurrence le clavier ROCCAT Isku. Ce périphérique est censé se combiner avec la souris phare de la marque, la ROCCAT Kone[+], afin de mettre en avant une nouvelle fonctionnalité : ROCCAT Talk©. Nous allons voir tout cela en détail.

Environnement (package)

Le carton reprend les mêmes bases que pour les précédents produits : couleur noire et bleue, avec du blanc pour le texte. À l’avant, on trouve une image du clavier avec toutes ses caractéristiques dans des cases dédiées. Et à l’arrière, les caractéristiques et spécificités techniques sont reprises plus en détails. Après ouverture du carton et de la boite, on se retrouve encore une fois en chemin connu (du moins, pour ceux qui ont des produits ROCCAT). En plus du clavier (oui oui, il est bien présent :p), on retrouve une pochette contenant le guide d’installation rapide, un CD contenant les drivers et la carte ROCCAT permettant de s’inscrire sur son site pour entrer dans le « ROCCAT World » (en anglais, ça le fait mieux non ?). Je regrette cependant que la marque n’ait pas pensé à rajouter un petit chiffon pour pouvoir nettoyer son précieux clavier. Ça ne doit pas coûter grand chose, et ça ferait super plaisir à l’acheteur. Donc, pour la prochaine fois, ça serait sympa de pouvoir le lustrer bien fort (le clavier bien sûr, bande de pervers).

 

Innovations pratiques et technologiques

EasyZones

EasyZones

Le clavier possède, en plus des touches standards, 8 touches média (3 pour le son, 3 pour la lecture, 1 pour le navigateur et 1 pour l’explorateur Windows), 5 touches macro (M1 à M5) tout à gauche du clavier, ainsi que 3 touches pouce (T1 à T3) sous la barre espace. Mais en plus de cela, nous avons aussi une touche pour enregistrer des macros en direct (Macro Live !) et une touche pour modifier directement le rétro-éclairage des touches. Niveau indications, nous avons les classiques CAPS lock, Num lock (ici en couple avec Easy-Shift[+]™) ainsi que l’Arrêt défilement ; mais aussi un voyant indiquant lequel des 5 profils pré-configurés est utilisé, et un voyant indiquant l’enregistrement ou pas d’une macro. On peut donc dire que ce clavier est vraiment complet, et très bien organisé.Ce clavier utilise l’Easy-Shift[+]™, ce qui permet d’avoir 36 touches macro personnalisables. Ces touches sont organisées de la façon suivante : les 5 touches macros et les 3 touches pouces peuvent chacune avoir une double assignation, alors que 20 touches situées autour de la touche CAPS lock peuvent avoir une fonction spéciale lorsque la touche Easy-Shift[+]™ est enfoncée.

Ce que j’ai toujours adoré chez ROCCAT, c’est le pilote vraiment, mais alors vraiment, très complet. Et après avoir installé celui du Isku, je suis encore une fois ravi de leur boulot. Ainsi, il est non seulement possible de configurer exactement comme l’on souhaite les touches macros et celles utilisées pour l’Easy-Shift[+]™, mais on peut en plus modifier la touche Easy-Shift[+]™ en elle-même. En effet, il faut savoir que par défaut cette touche remplace complètement la touche CAPS lock. Il n’est donc pas possible d’utiliser cette touche, et seulement laisser enfoncer la touche CAPS en même temps que l’on tape son texte. Mais pour moi, j’utilise souvent les majuscules. Donc, j’ai modifié la touche Easy-Shift[+]™ pour la mettre juste à gauche (sur la touche M3 si vous voulez tout savoir). Ainsi, elle je peux à la fois utiliser ma touche CAPS lock et la fonction Easy-Shift[+]™. Quand je vous dis que ROCCAT pense mais alors, vraiment à tout ;).
Il est aussi possible de modifier les touches fonctions (F1 à F12) si vraiment vous ne les utilisez pas.

De même pour les touches média, mais il est ensuite difficile de se rappeler que la touche avance rapide lance en fait Thunderbird, alors il vaut mieux encore utiliser les touche Easy-Shift[+]™ :D.

Pilote (01) Pilote (02) Pilote (03) Pilote (04) Pilote (05)

ATTENTION : le pilote montre bien un clavier QWERTY et non AZERTY, il faut donc faire attention lorsque l’on configure l’Easy-Shift[+]™ pour les 20 touches !

Macro Live ! permet d’enregistrer des macros à la volée. Mais pour ma part, je préfère utiliser largement le gestionnaire afin de régler les détails comme les délais. Après, ça peut être utile lorsque l’on est en plein jeu (c’est-à-dire dans la situation réelle) afin d’enregistrer la parfaite combinaison de macro, donc elle servira sans doute aux plus joueurs parmi nos lecteurs.
Le reste du pilote comprend les personnalisations plus classiques comme le délai et le taux de répétition, l’extinction (ou la diminution) du rétro-éclairage après une certaine durée, l’activation du Macro Live Recording (enregistrement des macros à la volée) et l’activation du changement de profil. Mais d’autres fonctions sont aussi disponibles, comme la désactivation de certaines touches (touches Windows, Tabulation, Shift) qui empêchent de quitter les jeux en plein écran lorsque l’on joue.

Enfin, il est possible d’enregistrer ces configurations de profil afin de les garder en sauvegarde en cas de réinstallation du système ou du pilote. C’est vraiment pratique !
Parlons maintenant d’une fonctionnalité toute nouvelle, et dont le Isku est le 1er périphérique à en profiter. ROCCAT Talk© permet d’utiliser une touche commune Easy-Shift[+]™ pour le clavier et la souris. Ainsi, la touche Easy-Shift[+]™ du clavier permet de doubler les touches de la Kone[+]. Attention, c’est pour l’instant la seule souris compatible avec cette fonction et je ne sais pas si d’autres souris plus anciennes pourront par la suite être compatibles. Une simple mise à jour des pilotes pourrait être permettre de profiter de cette fonctionnalité ??

Pour l’avoir utiliser (j’utilise les touches sur les côtés pour pouvoir changer facilement de pistes musicales), je trouve cette fonction vraiment pratique car je ne savais pas vraiment où placer la touche Easy-Shift[+]™ sur ma souris. Alors, là ça m’arrange de pouvoir l’activer depuis mon clavier.

 

Qualité et design du produit

La première chose qui a attiré mon attention est que le clavier en impose largement. En effet, on se retrouve face à un clavier avec des dimensions de 24,7 cm x 50,9 cm ! Cela est du en partie au repose-poignet de 10 cm de largeur. La surface de ce repose-poignet est rugueux, contrairement au reste du clavier. Dommage qu’on ne puisse pas enlever ce repose-poignet pour ceux qui en ont un personnel ou qui n’en veulent tout simplement pas. Le plastique utilisé fait assez cheap, à la vue comme au toucher. Certains n’aimeront sans doute pas ce choix.

Le clavier, au design agressif comme pour chacun de leur produit, possède des patins qui permettent une bonne tenue du clavier, aidé par son poids de presque 1 kilogramme.
Le gros point noir de ce clavier est le rétro-éclairage. En effet, la partie supérieure de certaines touches (toutes les touches avec des chiffres) est très mal éclairée, d’autant plus qu’il vaut mieux regarder le clavier plus ou moins perpendiculairement. En effet, le fait de l’observer de façon oblique empêche tout simplement de voir le haut de certaines touches (par exemple, le ¨ au dessus du ^). Même des touches comme le Alt Gr ou Echap ne sont pas éclairées uniformément alors qu’il n’y a qu’une seule ligne de caractères.

Concernant le rétro-éclairage justement, j’aurai bien aimé que les touches média, les touches de rétro-éclairage et d’enregistrement de macro puissent aussi bénéficier d’un éclairage. À la limite, ROCCAT aurait pu rajouter dans leur complet pilote un onglet de configuration pour l’éclairage (comme ils le font très bien pour leur souris). Ainsi, il serait bien de pouvoir configurer l’éclairage ou non de l’indication du profil, des touches média ou des touches Windows par exemple lorsque l’on joue. Si c’est possible, alors franchement le pilote serait parfait avec ces options !

De plus, il y a théoriquement 6 niveaux de rétro-éclairage, mais au bout du 3ème, la différence est peu perceptible).

Cependant, je regrette le fait que le clavier en lui-même (si on ne prend pas en compte le repose-poignet) ait un revêtement brillant. Parce que en quelques jours, on commence à voir la poussière se poser délicatement sur notre clavier. Autant dire qu’il ne faut pas vraiment être maniaque sur la propreté…

 

Confort d’utilisation

Les touches sont bruyantes (pour avoir un Logitech Illuminated Keyboard, je peux vous dire que l’on entend vraiment une différence), ce qui est vraiment dommage pour un clavier de cette gamme de prix. Pour un joueur, peut être que cela ne le dérange pas. Mais lorsque ce même joueur passe ensuite à une activité bureautique, le bruit sourd des touches peut rapidement déranger. De plus, le retour n’est pas assez rapide selon moi. En effet, je trouve que la frappe de ce clavier est assez lente.
Encore un mauvais point, le clavier devient totalement illisible lorsque l’on coupe le rétro-éclairage.

Ce n’est pas du tout le cas de mon Illuminated Keyboard qui reste parfaitement visible sans rétro-éclairage. Dans le cas du Isku, il faut en permanence garder le rétro-éclairage éclairé même en pleine lumière ! Heureusement que le pilote permet d’éteindre le rétro-éclairage au bout d’une certaine durée d’inactivité.

Les caractères sont, contrairement aux autres claviers, situés en bas à droite pour les lettres (normalement situés en haut à gauche). De plus, certains caractères ne correspondent pas vraiment aux caractères informatiques (comme le % et x à la place des habituels / et *). Évidemment, ça ne gênera pas beaucoup, car en général on sait déjà où sont situées ces touches, mais c’était uniquement pour l’indiquer.

En dessous, on remarque que le clavier possède des rainures afin de laisser passer les câbles comme l’on souhaite. Bien vu, même si pour mon cas je n’en ai pas besoin.

 

Conclusion

Avec ce clavier, ROCCAT met très bien en avant la personnalisation extrêmement avancée des touches. Ainsi, le pilote comprend de très très nombreuses possibilités de configuration, tant au niveau d’Easy-Shift[+]™ que Macro Live !. Ainsi, il est marqué MMO Approved et ROCCAT ne ment pas là dessus. Cette personnalisation est aidée par les touches macros à gauche du clavier, ainsi que les touche pouce sous la barre espace.

ROCCAT Talk© apporte une optimisation bienvenue avec sa ROCCAT Kone[+], permettant d’utiliser une unique touche Easy-Shift[+]™.

Malheureusement, ces bons points n’empêchent pas de se rendre compte de la mauvaise diffusion du rétro-éclairage au niveau supérieur des touches, et le fait de devoir laisser le rétro-éclairage activé pour avoir une certaine lisibilité. Le mieux serait aussi de pouvoir l’essayer avant, car certains pourront le trouver assez bruyant pour un clavier à membrane.

Espérons que tout ceci soit corrigé dans la prochaine version du clavier ;).

 

Ma note : ★★★½☆

Points positifs

Points négatifs

Nombreuses touches, certaines avec la fonction Easy-Shift[+]™… Rétro-éclairage des touches non homogène (et difficulté à lire sans rétro-éclairage), certaines non rétro-éclairées
Touches macro et pouce bien placées Clavier glossy (avis personnel)
Macro Live ! pour l’enregistrement en direct
Personnalisation extrêmement complète
ROCCAT Talk©… …mais uniquement avec la Kone[+] (pour le moment ?)

 

Si vous souhaitez en voir plus, vous pourrez retrouver pleins de photos sur cette galerie.

 

 

Je tiens à remercier ROCCAT pour le matériel.