À l’occasion de sa sortie récente le 2 novembre 2012 en coffret DVD et Blu-ray, j’ai eu l’occasion de pouvoir recevoir la version BRD de la saison 1 de la série Metal Hurlant Chronicles qui a pu passer dans mon lecteur afin de vous proposer la critique suivante ;)
Alors, que penser de cette production franco-britannique de science-fiction reprenant certaines histoires publiées dans le magazine de bande dessinée Métal Hurlant ?

D’après ce que j’ai pu lire, une seconde saison (de 6 épisodes) est prévue pour poursuivre la production de cette série.
Coté casting, nous retrouvons Scott Adkins, Michael Jai White, Kelly Brook (et bien d’autres encore), le tout sous la réalisation de Guillaume Lubrano dont AlloCiné me dit que c’est sa première grosse production.

Synopsis :

Le dernier fragment d’une planète réduite en poussière par la folie destructrice de ses habitants, est condamné à errer dans l’univers pour l’éternité. Désormais il apporte souffrance et tromperie à ceux qui croisent son chemin.
Ce messager maudit s’appelle : LE METAL HURLANT

Pour information, je n’ai jamais lu les BD Métal Hurlant, ni jamais regardé le film. C’est donc en total novice de cette série que j’ai lancé la lecture de ces BRD.

Rappels concernant la version testée :


Format : Format 1.78 – Écran 16/9eme compatible 4/3 – Couleur
Langues : Français 5.1 DTS-HD Master Audio, Anglais 2.0 DTS-HD Master Audio
Sous titres : Français
Durée : 6 épisodes de 26 minutes environ (2h35 environ)
Bonus (2 heures) :
- Making Of (VOST) : King’s Crown (24 min), Shelter Me (7 min), Three on a Match (18min)
- Interview (VOST) : Scott Adkins (10min), Matt Mullins (7 min), Darren Shahlavi (4 min), Guillaume Lubrano (VF – 14 min)
- Special Comic Con : Conférence METAL HURLANT CHRONICLES à San Diego (VO – 26 min)
- Bonus caché : Directement à partir du menu principal du DVD 3 et du Blu-ray 2, utiliser les flèches directionnelles de la télécommande pour entrer la manipulation suivante : gauche, haut, bas, bas. Sur le DVD, la vidéo se lancera après avoir cliqué sur la cible qui vient d’apparaître. Sur le Blu-ray, la vidéo se lance directement.

Passons au test maintenant !

Matériel audio-vidéo utilisé
Le test a été effectué sur un téléviseur LCD Sony KDL-40EX500 et sur un lecteur Blu-ray 3D de la même marque, le Sony BDP-S470.

Qualité graphique du Blu-ray

  • Boîtier : Les 2 BRD sont contenus dans un fourreau en carton, tout ce qu’il y a de plus classique. Le visuel de la face avant est plutôt sympa et montre bien le côté SF de la série avec une ville flottante, l’espace en arrière-plan et de multiples étoiles. Mais lorsqu’on retourne la boite, c’est une tout autre histoire. Le détourage des acteurs est assez visible, les photos s’insèrent mal avec l’arrière-plan car les visages sont trop brûlés par la trop forte luminosité (on dirait la jaquette d’une série Z voire d’un porno quand on voit Kelly Brook avec son pistolet…). En tout cas, cela contraste vraiment avec la 1ère (bonne) impression que l’on a sur la face avant et c’est dommage !
    Les boîtiers en eux-mêmes comportent le visuel d’un personnage sur la face avant et un résumé des 3 épisodes pour chaque disque. L’ambiance SF est bien respectée, même si les personnages présentés ne semblent pas être présents dans la série.
  • Verdict : ★★½☆☆

  • Menu : Le menu est une sorte d’écran de cockpit spatial et est plutôt réussi, même si la modélisation du décor reste très simple (pas de décors en 3D par exemple). L’ambiance est donc là, et l’on obtient un bon résultat mais sans vraiment aller au-delà.
    À noter que le lancement de l’épisode entraîne la lecture à la suite de tous les épisodes contenus dans le disque.

Verdict : ★★★☆☆

Qualité technique du Blu-ray

  • L’image : L’image est plutôt correcte, le bruit est maîtrisé alors que l’on se retrouve parfois dans des scènes sombres. Parfois, j’ai l’impression que le contraste est un peu trop saturé, mais dans l’ensemble la qualité de l’image tient la route.
    Le problème vient plus des effets spéciaux, car mon avis sur les FX est plutôt mitigé.
    Dans le 1er épisode, le réalisateur use et abuse des ralentis « à la Spartacus », et j’ai parfois même eu l’impression que le bouclier était en carton à un moment.
    On peut à la fois se retrouver avec des effets réussis comme la « téléportation » de Greg Basso dans l’épisode 5, et dans le même épisode remarquer (tellement ça saute au yeux) la mauvaise incrustation du personnage dans le décor enneigé. En même temps, on imagine bien que personne ne sortirait en slip lorsque dehors les flocons tombent du ciel mais ici on aurait aimé des effets mieux réalisés.
    Seule bonne consolation, les décors spatiaux et les vaisseaux sont plutôt sympa à regarder.

Verdict : ★★★☆☆

  • Le son : Malgré le fait que les pistes soient en DTS-HD MA, les dialogues manquent clairement de punch. On ne ressent aucun relief au niveau de la bande sonore, et c’est plutôt dommage. La BO est plutôt sympa, mais sans plus à vrai dire.
    Autre point noir à noter, pour ceux qui auraient aimé regarder la série en anglais, la bande sonore anglaise se limite à un pauvre stéréo (mais en DTS-HD MA…). À la limite, j’aurai préféré du DTS 5.1 au lieu d’un DTS-HD MA 2.0. À noter aussi qu’il n’est possible que d’avoir la VOSTFR et pas de sous-titres anglais fournis. Vraiment dommage, car là on se retrouve vraiment avec le minimum syndical.

Verdict : ★★☆☆☆

Bonus
Ici, on a droit à une interview du réalisateur en VF, et celles des 3 principaux rôles du 1er épisode en VOST. Plus intéressant, on a droit à un making-of pour 3 épisodes et on voit bien ici qu’il y a peu de décor réel (sans doute par manque de budget).
Pour finir, le disque contient aussi la conférence consacrée à la série lors du Comic-Con.
Les bonus sont donc assez long (plus de 2 heures), mais on aurait aimé un peu de diversité au niveau des bonus.
Mauvais point noir pour tous ces bonus, ils sont tous en SD (vu la pixellisation de mon écran je suppose)…

Verdict : ★★½☆☆

Conclusion
Pour commencer, on pourra reprocher aux éditeurs et producteurs d’avoir eu une promotion pour leur série plutôt confidentielle. En regardant pour Lyricis par exemple, on peut remarquer qu’on a parlé de Metal Hurlant Chronicles 2 fois seulement : une fois lors de la sortie du teaser, une autre fois lors du passage de la série sur France 4.
Le gros problème reste cependant la réalisation des épisodes. Je m’explique. Il y a une histoire différente pour chaque épisode. Or, un épisode dure seulement 25 minutes. Pour une sitcom, cette durée serait correcte. Mais pour un épisode de SF où il faut partir de 0 pour expliquer au téléspectateurs une histoire nouvelle, c’est clairement trop court. Une distribution de 45-60 minutes aurait clairement été un plus dans ce cas, car on aurait eu plus de temps pour comprendre l’histoire.
De plus, le fait d’avoir à chaque fois une nouvelle histoire amène à une certaine hétérogénéité. Lorsque l’on commence à lancer la galette dans mon lecteur, on tombe sur l’épisode pseudo-Spartacus (avec ses nombreux ralentis utilisés à outrance) avec Scott Adkins et Michael Jai White. En clair, un épisode bien dynamique, bien percutant grâce à la performance de ces 2 acteurs en partie. Mais ensuite, on tombe sur un épisode tout droit sorti de Fallout où cette fois-ci l’action se passe uniquement dans un seul bâtiment, et où l’action se pose fortement pour que l’on se retrouve dans ce huis-clos. Certains épisodes manquent clairement de dynamisme. Par exemple, il ne se passe strictement rien dans l’épisode Le Serment d’Anya (surtout que ce n’est pas le jeu d’acteur de Grégory « Le Millionnaire » Basso qui va permettre de rehausser cette opinion), et il en est de même dans l’épisode « Oxygène ». Alors qu’au contraire l’épisode King’s Crown et Maitres du destin sont eux au contraire bien plus intéressants car avec beaucoup plus d’action. Il y a donc du chaud et du froid, mais au final l’ensemble n’arrive pas à donner une réelle impression d’être face à une bonne série.
De plus, le budget sans doute serré a amené à recréer artificiellement certains décors et parfois ça se remarque du premier coup d’œil. Il y a donc ici encore des petites choses à régler, mais c’est vrai qu’il est parfois difficile pour certaines productions de réussir à trouver des financements lorsqu’il s’agit de toucher un public assez restreint.

Pour conclure, j’étais motivé à l’idée de tester une production française. Mais on se retrouve avec un bilan mitigé car la série manque sans doute de moyens financiers (car certains effets spéciaux se ressentent) et il y un problème de réflexion sur la réalisation de ces épisodes. Car 25 minutes c’est clairement trop court pour raconter une nouvelle histoire n’ayant aucun lien avec la précédente. En enlevant les scènes d’action, autant dire qu’il ne reste plus beaucoup de temps pour bien mettre en place le scénario et narrer les liens qui existent avec le Métal Hurlant. Il aurait largement fallu doubler cette durée pour commencer à avoir quelque chose d’intéressant. Espérons que si une 2nde saison survient, on arrive d’ici là à réparer ces petits problèmes.
En tout cas, l’absence d’une histoire commune entre les épisodes (mais c’est l’ADN même de la BD) fait qu’il est assez facile de décrocher. Seuls ceux qui ont lu les BD accepteront sans problème cette hétérogénéité d’histoires différentes.
Au final, on se retrouve avec seulement 6 épisodes de 25 minutes. Et à 40 € les 2h30, ça fait un peu cher la minute comparé au prix d’un film qui coûte bien plus cher à produire et à réaliser et qu’on achète pourtant à 25 €…

Verdict final : ★★☆☆☆

Mise à jour :
Certains ont trouvé la note de 2 un peu trop sévère. Je comprends en partie leur raison, mais je précise que ma note reste surtout un avis personnel. En tout cas, je ne peux que féliciter les rares productions françaises qui sortent de nos jours (en enlevant les feuilletons tout pourris comme Plus belle la vie et autres réalisations TF1). Alors oui la note aurait pu être plus élevée, mais la différence de qualité entre les différents épisodes fait que même si certains épisodes valent vraiment le coup d’œil (Les Maitres du Destin, La Couronne du Roi, Protège-Moi), je confirme quand même ma note globale de 2 car le bilan reste mitigé au final.

Images supplémentaires :

N’hésitez pas à commander à partir de notre boutique ;)

Commander sur Amazon :


© 2012 WE Productions. All rights reserved.
© 2012 Condor Entertainment SAS. All rights reserved.