Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 15

Comme beaucoup de passionnés de course automobile et surtout de rallye, j’assouvis mes envies de compétitions grâce à ma console de jeu. Grâce à elle, je peux m’installer aux commandes des engins les plus fous et me prendre pour un authentique pilote. Thierry est venu me défié sur ma spéciale préférée, l’occasion est trop belle d’étrenner la nouvelle Subaru Impreza WRX STi. Le temps de sélectionner le bon menu et je lui règle son compte ! Une robe bodybuildée agressive à souhait, un 4-cylindres turbo qui crache plus de 300 chevaux, une transmission et un châssis aux petits oignons ? Push start and be ready to race !

Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 01
Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 05
Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 04Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 03

Depuis 1993 et le lancement du premier modèle badgé STI (pour Subaru Technical International), la Subaru Impreza est devenue une véritable icône qui fait tourner les têtes à chaque apparition. Les concepteurs du jeu vidéo que je viens d’acheter non d’ailleurs pas perdu de temps pour inclure la belle dans leur nouveau titre que je vais m’empresser de tester. Avant de me dégourdir les doigts sur la manette en compagnie de Thierry, cliquons sur le menu « fiche technique » afin de découvrir cette STI 6ème génération de plus près.

Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 02

Garage

Renouveler l’Impreza est toujours une mission très compliquée dans la mesure où elle réalise à elle seule l’essentiel des ventes du constructeur Japonais. Comme les aficionados de la marque semblent très conservateurs, chaque restyling s’accompagne du grande vague de protestation. Après la WRX, remplaçante malheureuse de la sacro-sainte GT en 2001, l’Impreza 2008 et sa carrosserie deux volumes n’a pas reçu un accueil très chaleureux. Sans rentrer dans le débat subjectif du goût et des couleurs de chacun, force est de constater que la version STI que j’ai sous les yeux devrait cependant mettre tout le monde d’accord. En partant d’une WRX standard, les japonais ont copieusement gonflé les ailes de 55mm, ajouté un pare-chocs très enveloppant et pratiqué de nouvelles ouvertures pour accroître la respiration de la mécanique. A l’arrière, un béquet surplombe le hayon, tandis que la partie inférieure du bouclier accueille un diffuseur surplombant ni plus ni moins que 4 sorties d’échappement, le tout agrémenté de discrets logos STI pour rappeler, si besoin est, le pédigrée de la bête. Les programmateurs de jeux vidéo sont vraiment des types biens : je peux même découvrir l’habitacle depuis mon canapé !

Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 06Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 07

Ne boudons donc pas notre plaisir et glissons-nous dans les superbes baquets Recaro tendus de cuir et d’alcantara. Faite de courbes gracieuses et symétrique, la planche de bord marque un réel progrès par rapport à la précédente génération d’Impreza. Les plastiques restent certes durs et pas très agréables au toucher, mais l’ambiance est résolument racing. L’équipement est revu à la hausse avec un système hi-fi / GPS avec commandes au volant et un démarrage sans clé via un bouton Start situé à gauche du volant. Près du levier de vitesse, un petit combiné permet de se « mijoter » une auto sur mesure, avec un bouton pour régler la gestion du moteur et un autre pour faire varier le taux de blocage du différentiel central, en mode automatique ou manuel. Le tableau de bord est assez sommaire, avec au centre un compte-tours gradué jusqu’à 9000 tr/min qui annonce clairement la couleur.

Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 08

Un petit clic depuis ma manette et le capot s’ouvre à l’écran. Toujours fidèle au poste, le 4-cylindres boxer 2.5 s’est offert une petite séance de muscu supplémentaire pour nous revenir plus affûté que jamais. Je dispose ainsi de 300 ch et de 407 Nm pour claquer des chronos d’anthologie ! Je sens que Thierry s’impatiente devant l’écran, il est temps d’appuyer sur Start et de se lancer dans la bagarre….

Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 09

Select Track

Petite déception au moment de réveiller la mécanique : point de grondement caverneux ni de mauvaises manières. Moi qui m’attendais à me faire secouer les trippes en actionnant fébrilement le démarreur… Le temps d’enclencher la première et de lâcher l’embrayage et les choses rentrent heureusement dans l’ordre : l’aiguille du compte-tours balaie les graduations et m’expédie au fond du baquet instantanément. Le Boxer délivre sa puissance progressivement avant d’exploser au dessus de 4000 tr/min. C’est d’ailleurs dans les hauts régimes que les progrès ont été accomplis, avec une propension à prendre des tours que n’avait pas la précédente version. Concrètement l’Impreza abat le 0 à 100 km/h en 5,2 s et file à 250 km/h sur circuit. Les quelques kilomètres d’autoroutes (à 130, un véritable calvaire !) vont m’aider à me familiariser avec l’électronique. Le réglage SI-Drive permet d’obtenir une réponse douce à la pédale de gaz ou bien la pleine puissance du moteur, selon la conduite recherchée ou les conditions météo. Le différentiel central peut soit fonctionner en mode automatique, soit s’ajuster manuellement selon mes envies. Il s’agit en fait de faire varier la répartition de couple entre les essieux avant et arrière, pour modifier le comportement de l’auto en courbe. Un correcteur de trajectoire a fait son apparition sur l’Impreza pour les néophytes ; les plus aguerris pourront heureusement le déconnecter entièrement. Toujours relativement souples pour une sportive de ce calibre, les suspensions ne maltraitent pas les vertèbres et laisseront intactes vos chers plombages, tandis que comme nous l’avons vu plus haut, le moteur reste très discret aux allures règlementaires (si, si, j’y suis, je vous jure !). A part un inconscient en « teutone mazout » qui essaya de me tenir tête sur la voie de gauche (le pauvre), mon périple autoroutier se passa sans encombre. La consommation est dans ces conditions plutôt raisonnable, aux alentours de 11 litres.

Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 10Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 11
Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 12

Time Attack

Une STI, c’est bien en promenade, mais c’est avant tout pensé pour faire la loi sur la route. Et à ce petit jeu là, rare sont ceux qui pourront suivre le rythme ; bien posée sur ses voies larges et ses énormes 245/40R18 aux quatre coins, l’Impreza est en effet diabolique d’efficacité. Etonnamment légère pour une telle auto, la direction n’en est pas moins efficace et précise. L’arrière a gagné en vivacité et aide à placer l’auto sur les freins, ponctuant les passages en forces de belles dérives qui se contrôlent très facilement. Les freins, justement, sont inépuisables. Assez peu mordants lorsqu’on ne fait qu’effleurer la pédale du milieu, ils sont pourtant capables de stopper l’auto en quelques mètres. Au volant rien n’est compliqué et pourtant tout s’enchaine vite, très vite. La STI 2008 est incontestablement plus performante que sa devancière, mais elle est aussi plus abordable pour les non-initiés. Cette facilité est cependant à prendre avec beaucoup de sang froid, car les vitesses de passage en courbe démoniques ne tolèrent pas l’à peu près. Le temps de lever les yeux quelques secondes de la route et me voici plongé au fond d’un ravin vertigineux ! C’est fini, j’ai cassé mon auto et j’ai perdu : je tends la manette à Thierry. Game over… Hélas !

Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 13
Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 14

Par Fred « j’en veux une » Rouvier
Photos Thierry « ralentis ! » Santoni

Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 16
Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 17
Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 18
Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 19
Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 20
Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 21
Subaru Impreza WRX STi 2008 - AutoRide - 22

AutoRide.fr

Article a retrouver dans le Magazine AutoRide et sur le Blog Officiel d’AutoRide !